Madagascar, le royaume naturel des lémuriens

Une partie du patrimoine naturel malgache est essentiellement constituée de lémuriens. Même s’ils sont menacés à cause de la déforestation, ces primates vivant dans des régions tropicales continuent d’être parmi les principales attractions de la Grande île. Ils comprennent en général le lémur, l’indri et l’aye-aye. Ces animaux vivent quasiment dans les forêts de Madagascar, dont certaines espèces sont en voie d’extinction.

Pour information, l’île Rouge compte plus de 110 espèces de lémuriens qui sont répartis dans tout le territoire malgache. Lors de leur séjour à Madagascar, les touristes ne manqueront pas d’observer des lémuriens sauteurs ainsi que du Maki, facile à reconnaître grâce à leur queue rayée. Outre les plages de sable doré et les paysages verdoyants, ces petits animaux symbolisent l’attraction touristique de l’île. Avant qu’ils ne disparaissent totalement en raison de la destruction de leur habitat naturel, leur découverte permet encore d’espérer à leur sauvegarde tant que les locaux et les voyageurs mettent en œuvre des projets garantissant leur survie. Afin de les observer, il faut se rendre dans les parcs nationaux malgaches.

Partir à la découverte des lémuriens de la Grande Île

En tant qu’espèces emblématiques et endémiques malgaches, les lémuriens s’adaptent à toutes les conditions climatiques du territoire local. Pour les découvrir, il suffit aux routards d’emprunter un itinéraire menant au cœur des forêts pluviales à l’occasion de leur circuit à Madagascar. Durant leurs parcours, ils auront le privilège d’admirer le plus petit primate du monde, le microcèbe, qui pèse à peine 30 g. Les plus grands d’entre eux mesurent jusqu’à environ 40 ou 50 cm de hauteur, comme l’indri-indri, et peuvent peser entre 5 à 6 kg. Le plus connu d’entre eux, le Maki, trouve refuge dans les vastes plaines arbustives de la partie sud de l’île. Cet animal mange des feuilles et des petits insectes. Le plus gros des lémuriens à Madagascar est connu sous le nom d’Indri. Celui-ci pèse 8 à 12 kg et mesure à peu près 75 et 90 cm. On les trouve du côté des forêts pluviales à l’est de la grande île et ils vivent en petit groupe de 2 à 10 animaux. Au centre-ouest et dans les forêts sèches de l’ouest se trouvent une autre espèce de lémuriens baptisée « Sifaka ». C’est le spécimen le plus évolué de sa race. Ils sont faciles à reconnaître avec leur très longue queue blanche et leur corps au coloris brun.

Les principaux refuges des lémuriens à Madagascar

L’observation des lémuriens à Madagascar s’effectue généralement en compagnie d’un guide expérimenté. La majorité de ces petits primates vivent à l’intérieur des parcs nationaux, qui sont à la fois préservés et protégés par les autorités locales. Ils évoluent dans des milieux naturels loin des activités humaines. Pour se faire plaisir, il est à noter qu’il existe six sites touristiques qu’on peut découvrir facilement ces lémuriens. On peut citer, entre autres, les forêts des basses terres de la côte est de Madagascar, les forêts sèches sur la pointe nord et la côte nord de l’île, les fourrés épineux de l’arrondie sud du territoire malgache ou encore dans les forêts claires de Baobab au sud-ouest. Certaines espèces trouvent également refuge dans les mangroves qui se localisent sur la côte ouest de Madagascar.

Laisser un commentaire